Historique

Le Chalet des Érables une histoire de famille

La cabane à sucre Le chalet des Érables a ouvert ses portes en 1948. L’établissement, le menu traditionnel et ses secrets de famille se transmettent avec fierté d’une génération à l’autre depuis maintenant 69 ans ! Le propriétaire M. Marius Lampron et sa femme furent les premiers de plusieurs générations à entretenir ce joyau familial qui fait désormais parti du patrimoine de la région. En 1948, la cabane à sucre d’une centaine de places était ouverte au public que 2 mois par année en mars et avril afin d’offrir, aux gens de la région, l’opportunité de venir se sucrer le bec.

The first dining room at the Chalet des Érables in 1948.

Dès 1958, la cabane à sucre vit son premier transfert vers un nouveau propriétaire… Hélène Lampron, la sœur de Marius prend la relève avec l’aide de son conjoint. Étant une femme, Hélène décide d’offrir un nouveau regard sur sa cabane à sucre et ouvre ses portes en tant que salle de réception 12 mois par année sur réservation. C’est en 1963, que l’on célèbre le premier mariage de l’histoire de la cabane à sucre sans se douter qu’il serait le début d’une longue lignée d’heureux événements. En 1970, suite au décès d’Hélène, la cabane à sucre change de propriétaire une 3e fois. M. Jean-Guy Lampron, frère d’Hélène, et sa femme Marie-Rose Alarie reprennent le flambeau. La popularité toujours croissante de la cabane à sucre oblige son nouveau propriétaire à changer sa méthode conventionnelle de récupération de l’eau d’érable pour une technique plus rapide et efficace. À l’origine, l’eau d’érable était ramassée manuellement d’une chaudière à l’autre en traineau à cheval. Maintenant que la demande se faisait plus grande et que la main-d’œuvre était rare, M. Lampron n’eut d’autre choix que de faire installer un système de tubulures qui cueillerait et acheminerait l’eau d’érable directement à la bouilloire.

Jean-Guy Lampron & Marie-Rose Alarie lors de la cueillette de l’eau d’érable à cheval en 1950.

Donc, un soir de février, lui et quelques copains en grève de la GM ont chaussé leurs raquettes et ont procédé à l’installation du système encore utilisé aujourd’hui ! On avait maintenant quelques 4000 entailles qui fournissaient désormais une cabane à sucre trop petite pour satisfaire à la demande des clients toujours plus gourmands! Au fils des mois qui suivirent, ce fut au tour de la cabane à sucre de subir une cure d’agrandissement. Deux nouvelles salles à manger s’ajoutèrent pour maintenant offrir plus de disponibilités autant pour se sucrer le bec que pour les événements en tous genres. En 1990, M. Lampron décide de transférer l’entreprise familiale à sa fille ainée, Jocelyne Lampron une femme entrepreneure qui gardera le fort pendant environ huit ans avec son mari Serge Racine avant de remettre les clés à sa sœur cadette, Chantal Lampron et son mari, Daniel Laurin, en 1998. En aout 1998, Chantal, Daniel, Jean-Guy et Marie-Rose, sont invités par l’Association Québec-France pour un échange de services. La famille allait faire découvrir notre culture aux Français ! Ils partirent avec du sirop d’érable et servirent un repas traditionnel de cabane à sucre à Périgord, terre native du foie de canard ! Ce fut un grand succès et un voyage mémorable. À leur retour, Chantal et Daniel ont en tête de gros projets pour leur cabane à sucre… Étant déjà propriétaires d’une première cabane à sucre dans la région de Lanaudière, ils constatent que la plupart des cabanes à sucre sont principalement axées sur le divertissement des adultes; danses en ligne, chansonniers et randonnées en traineau sont amusante en soit mais, pour les enfants, la virée des sceaux d’eau d’érable est l’activité la plus intéressante d’une cabane à sucre… En 2000 elle et son mari entreprennent de créer un village des sucres que les familles pourraient visiter en venant manger de la cabane à sucre. On assiste ainsi, à la naissance de la première cabane à sucre familiale du Québec ! La première étape, construire un véritable train fonctionnel qui ferait le tour de l’érablière. Puis par la suite, plusieurs cabanes se sont ajoutées autour de cette attraction hors du commun. Les visiteurs pouvaient maintenant, se promener dans un petit village d’antan tout en apprenant sur l’histoire et les traditions du temps des sucres. Le magasin général, la bouilloire, l’enclos et la fermette, sans oublier la tire sur la neige. Bien-sur, ces nouvelles attractions attirent les curieux. Vu la popularité du concept, en 2001, on décide d’ajouter un aspect majeur au décor… Tout village qui se respecte a son église donc, on construit une jolie petite chapelle blanche. La chapelle sert de salle de spectacle pour les enfants pendants les mois d’hiver. Au cours des années suivantes, la cabane à sucre s’agrandit de 3 nouvelles salles à manger et plusieurs attractions s’ajoutent autour du village des sucres; manèges, jeux d’adresse, chansonniers et artisans traditionnels d’époque. Pour optimiser le concept, la cabane à sucre se spécialise dans le divertissement pour les garderies, CPE et services de garde. En semaine, ces groupes d’enfants peuvent venir profiter d’une journée complète d’activités, tout en découvrant l’histoire de la cabane à sucre la plus amusante au Québec ! Depuis 2010, la relève se prépare pour une 6e génération. Les enfants maintenant, parents à leurs tours, sont prêts à relever les défis que le futur de ce bel héritage leur réserve. En 2011, la maison familiale adjacente à la cabane à sucre est démolie afin de permettre la construction du ‘’CHALET’’, un nouveau bâtiment aux abords du village des sucres qui offre des collations et rafraichissement traditionnels au son d’un chansonnier. Une ère de repos qui permet aux parents de prendre une petite pose entre deux tours de manège!

Le Chalet des Érables, une cabane à sucre… Toute une cabane!